Nous utilisons des témoins à des fins d’analyse du Site Web, de statistiques, de profilage et de reciblage publicitaire. Nous pouvons aussi partager de l’information sur votre utilisation du Site Web avec nos partenaires publicitaires et analytiques. Vous pouvez désactiver les témoins dans les paramètres de votre navigateur à tout moment. Politique de confidentialité .
FERMER X
 Dans Blogue, Fax, FoIP, Sécurité, Technologie

En décembre dernier, la BBC a communiqué que le Service national de la santé du Royaume-Uni (NHS) n’aura plus le droit d’acheter de fax et devra remplacer ses appareils actuels d’ici le 31 mars 2020.

À première vue, cela semble être une nouvelle alarmante… Pourquoi donc le NHS utilise-t-il encore des télécopieurs? Il y a une excellente raison qui permet d’expliquer cela, et ce n’est pas parce qu’ils vivent encore à l’âge de pierre.

Bien que le fax semble appartenir à une autre époque, il représente toujours l’épine dorsale des systèmes de santé dans le monde entier, car il permet de se conformer plus facilement aux règles de confidentialité en matière de soins de santé. Cela est dû au fait que le fax est un mode de transmission fondamentalement sécuritaire, contrairement au courriel. Il faut en effet multiplier les efforts pour que les courriels soient maintenus à l’abri des regards indiscrets.

Il y a une subtilité importante à relever en lisant l’article de la BBC : on interdira au NHS d’utiliser des télécopieurs, c’est-à-dire les appareils. Les fax traditionnels font en effet partie d’une technologie ancienne : ils coûtent cher à réparer, sont raccordés au système téléphonique et consomment du papier et de l’encre.

Heureusement, le fax a évolué pour devenir un outil beaucoup plus moderne, plus économique et plus fiable : le Fax sur IP. Aujourd’hui, nous n’avons plus besoin d’un appareil physique pour transmettre des documents par fax de manière sécurisée. En effet, vous pouvez envoyer et recevoir un fax électronique à partir d’une page Web, d’une application mobile ou d’un client de messagerie, tel que Microsoft Outlook. Le contenu du fax est transmis comme celui d’un courriel, mais avec une sécurité accrue.

On comprend bien pourquoi le NHS a toujours recours au télécopieur; ce sont pour des raisons de protection de documents. Mais il est également vrai que leurs systèmes de communication ont besoin d’être modernisés. Pour y parvenir, il faudra mettre en place une solution de messagerie électronique sécurisée, comme le souhaiterait le ministère de la Santé, ou mettre à niveau leur système de fax.

1ère option : Améliorer sa solution de fax

L’utilisation du fax ne disparaîtra pas de sitôt; celui-ci doit en revanche s’adapter à la technologie actuelle. Bien que certains changements soient difficiles à apporter, il est crucial que les organismes maintiennent leur infrastructure de communication à jour.

Une solution de fax sur IP représente une solution de remplacement des télécopieurs traditionnels. En tirant parti d’une infrastructure existante, les organismes peuvent éliminer les coûts associés aux lignes téléphoniques analogiques, à l’entretien, au papier et aux fournitures, ainsi qu’à toutes les autres dépenses connexes, tout en garantissant des communications par fax sécurisées.

2e option : Passer à un mode de transmission de fichiers sécurisée

Le ministère de la Santé a recommandé que le NHS passe à une solution de messagerie électronique sécurisée. Le NHS a en effet besoin d’une application qui lui permette de transmettre des fichiers de manière sécurisée tout en l’aidant à se conformer à la réglementation applicable. La bonne nouvelle, c’est qu’ils ont déjà entrepris des démarches en vue d’apporter une solution.

Le National Artificial Eye Service (NAES), un organisme du NHS, teste actuellement XM SendSecure dans le cadre d’un projet pilote afin de transmettre des documents confidentiels facilement tout en respectant les règles de conformité. Le NAES a notamment besoin d’une solution pour garantir la transmission de données de patients sécurisée tant à l’interne qu’à l’externe. Étant donné que le NAES dispose d’une base de données de plus de 48 000 patients, celui-ci devait trouver un moyen de transmettre des fichiers plus lourds, que l’expéditeur et le destinataire peuvent utiliser facilement, tout en conservant un niveau de sécurité élevé.

Faire évoluer son infrastructure de communication

Le NHS doit faire évoluer son infrastructure et se tourner vers les communications électroniques qui correspondent à l’époque actuelle, tout en garantissant la confidentialité des données relatives aux patients à tout prix. Il s’agit d’une décision qui doit être faite avec prudence, en tenant compte qu’il existe bel et bien des solutions sécurisées de haute qualité.

Pour en apprendre davantage sur nos solutions d’échange sécurisé de fichiers, veuillez communiquer avec nous pour parler à l’un de nos experts.

PARLEZ À UN EXPERT

 

 

Leave a Comment