Chat with us, powered by LiveChat
Nous utilisons des témoins à des fins d’analyse du Site Web, de statistiques, de profilage et de reciblage publicitaire. Nous pouvons aussi partager de l’information sur votre utilisation du Site Web avec nos partenaires publicitaires et analytiques. Vous pouvez désactiver les témoins dans les paramètres de votre navigateur à tout moment. Politique de confidentialité .
FERMER X
 Dans Blogue, Communications Unifiées, Innovation, Productivité, Sécurité, Technologie, Voix

La technologie continue de progresser à un rythme impressionnant. Les processeurs les plus rapides du marché actuel seront probablement dépassés au profit des nouvelles technologies. Un beau matin, les moniteurs seront peut-être remplacés par des puces qui interagiront directement avec notre cerveau. Qui sait?

Il peut donc sembler étrange de promouvoir une solution de TI en vue d’une « pérennisation » dans ce genre de contexte. Cependant, plusieurs facteurs de l’industrie des communications unifiées (CU rendent cette notion à la fois pertinente et très importante.

 

1. La durée de vie et l’exclusivité des systèmes de CU

Durant des décennies, les systèmes de CU ont été construits autour d’une infrastructure sur site imposante : des serveurs de bases de données, des réseaux de téléphones de bureau et des logiciels pour relier toutes ces composantes coûteuses.

Étant donné que les solutions de CU sont généralement fournies par des sociétés qui veulent vendre aux entreprises un système unique qui aura recours à leurs serveurs, leurs téléphones et leur logiciel, ils n’ont pas intérêt à ce que ces éléments communiquent avec ceux des concurrents. Ces fournisseurs adoptent plutôt le principe du « tout ou rien ».

 

2. Que faire lorsqu’un système vieillissant tombe en panne ?

Lorsqu’une composante du système de communication tombe en panne, devient obsolète ou est arrivée en fin de vie (le fabricant cesse de fournir du soutien et des mises à jour du système, rendant celui-ci vulnérable aux failles de sécurité ou aux pannes), les entreprises peuvent par conséquent ne disposer que d’une faible marge de manœuvre :

  • Elles peuvent tant bien que mal tenter de remplacer un élément qui n’est plus fabriqué (comme un téléphone de bureau) par des articles du marché secondaire. Comme le système prend de l’âge, ce genre de mesure coûte de plus en plus cher et devient risqué à mesure que d’autres éléments ont besoin de réparation et deviennent obsolètes.
  • Ces entreprises peuvent se tourner vers le fournisseur pour voir si celui-ci produit des articles de remplacement qui fonctionneront avec le reste de leur système.
  • Elles peuvent opter pour un remplacement complet du système, soit par une nouvelle version du même fournisseur, soit par celle d’un concurrent. On appelle cette démarche « remplacement intégral » qui, comme on peut s’y attendre, comporte un coût considérable.

 

3. La philosophie qui sous-tend une stratégie de remplacement intégral

Étant donné que d’autres composantes du système prennent de l’âge au même titre que les articles qui doivent être mis de côté, il semble tout à fait logique de songer à un remplacement intégral et ce, peu importe le coût. Dans le cas contraire, le service des TI d’une entreprise peut vite se retrouver dépassé à tenter de colmater les brèches de l’ancien système à mesure qu’elles surviennent.

S’acharner à vouloir maintenir en vie une solution mourante peut donner une fausse impression d’économie. Des communications critiques peuvent échouer et le personnel peut connaître une augmentation importante de son niveau de stress. Par conséquent, une entreprise peut finir par perdre beaucoup d’argent à cause d’une organisation peu efficace, payer des frais de réparation et manquer des occasions d’affaires, ce qu’une solution de remplacement intégral aurait probablement permis d’éviter à long terme.

La bonne nouvelle, c’est qu’il existe des solutions qui peuvent aider à prévenir ces problèmes sans avoir besoin d’effectuer un remplacement intégral complet, en prolongeant la durée de vie d’investissements dans l’infrastructure actuelle. C’est ce à quoi nous faisons référence lorsque nous parlons de « pérenniser » les CU.

 

4. Les dommages collatéraux causés par un remplacement intégral ou un logiciel fondamental en fin de vie

Étant donné que les CU présentent un univers de composantes interconnectées, une solution de remplacement intégral peut également vouloir dire que d’autres systèmes de l’infrastructure (autres que celui du fournisseur en question) seront touchés par cette mesure. En effet, lorsqu’une entreprise décide de changer de système téléphonique, elle peut se trouver dans l’obligation de devoir se départir d’autres éléments en parfait état, seulement pour une question de compatibilité.

Ce genre de situation peut également survenir dans l’autre sens, c’est-à-dire lorsque le logiciel de prise en charge, comme un système d’exploitation du serveur, atteint sa fin de vie. Par exemple, les entreprises utilisant le système CS1000 de Nortel ont été contraintes de trouver une solution de remplacement à leur plateforme de messagerie CallPilot lorsque la prise en charge de Microsoft Windows Server 2003 n’était plus offerte. La question n’était donc pas de savoir si ces entreprises souhaitaient se départir de CallPilot puisque cette plateforme ne fonctionnait qu’à partir de Windows Server 2003. Soit elles passaient à un autre système d’exploitation, soit elles conservaient le système d’exploitation désuet, ce qui laissait la porte ouverte aux cyberattaques ou à des bogues critiques qui ne pourraient jamais être réglés.

 

5. La marche inexorable vers le Cloud

Le Cloud occupe une place si importante dans la vie des consommateurs qu’il semble plutôt étrange de l’appeler « technologie émergente ». Cependant, lorsqu’il est question de solutions de communications d’entreprise, on constate que la technologie est toujours en développement.

Les systèmes de CU dans le Cloud existent bel et bien et peuvent procurer des économies de coûts. Toutefois, dans de nombreux cas, leurs caractéristiques présentent des décalages importants à ce que les entreprises ont l’habitude d’obtenir à partir de systèmes sur site. Le fait de mettre les communications dans le Cloud peut également entrer en conflit avec les politiques relatives aux données des entreprises ou d’organismes de secteurs hautement réglementés, tels que les soins de santé, le gouvernement, la finance et l’éducation. Elles souhaitent plutôt maintenir leur messagerie vocale sur site afin d’exercer un contrôle direct en matière de sécurité.

Cet enjeu place les entreprises dans une situation délicate lorsque vient le temps de mettre leurs systèmes à niveau. Elles savent que le Cloud n’est pas prêt pour elles, bien que tout le monde s’accorde à dire que le Cloud est l’avenir des CU. Pour ces entreprises, la question suivante se pose : doivent-elles installer maintenant la solution sur site dont elles ont besoin, au risque de devoir s’en départir plus tard?

 

6. En matière de CU, « pérennisation » et interopérabilité vont de pair

Le fait de pouvoir communiquer avec d’autres systèmes de communications semble être une évidence, mais en raison de l’approche de « l’univers clos » utilisée par la plupart des fabricants de matériel, cette possibilité s’avère extrêmement rare dans le contexte des CU d’aujourd’hui.

Une gamme de solutions de CU d’un tiers qui ne limite pas les bureaux d’une entreprise à un seul type de matériel peut permettre aux entreprises de réaliser d’importantes économies et d’éviter des tracas, en particulier si cette gamme présente un développement sain et un programme de mises à jour qui garantit l’obtention des logiciels les plus récents. Si la marque de vos téléphones n’a aucune importance pour votre système de CU, cela veut dire que vous pouvez remplacer vos appareils téléphoniques en tout temps sans craindre de perdre certaines caractéristiques essentielles comme la messagerie unifiée. Si votre système de CU fonctionne avec des systèmes de PBX sur site et qu’il peut également se connecter sans problème aux services cloud, il y aura une chose de moins à remplacer lorsque des changements surviendront.

Une solution véritablement interopérabable permet aux entreprise de conserver la liberté de prendre les meilleures décisions pour gérer leurs budgets et leurs besoins opérationnels, sans avoir à se préoccuper de possibles dommages collatéraux coûteux à leurs systèmes interdépendants.

 

La solution de CU XM Connect offre une interopérabilité de premier plan et indépendante du fournisseur

Que vous ayez à faire fonctionner des systèmes de communications sur site, dans le Cloud ou hybrides, XM Connect ajoutera des caractéristiques de communications unifiées performantes à votre infrastructure actuelle, telle que la  , le standard automatique à reconnaissance vocale, la SVIet plus encore. Cette solution s’emploie à traiter des problèmes émergents, tels que les changements apportés à la messagerie unifiée Exchange de Microsoft, et peut être interconnectée à des systèmes PBX à hauteur de dix fournisseurs différents à partir d’un seul système.

Communiquez avec notre équipe pour découvrir ce que cette solution peut vous offrir, comment elle peut évoluer avec vos besoins, et comment elle garantit vos diverses options pour que votre entreprise puisse avoir un avenir prometteur.

 

PARLEZ À UN EXPERT

 

 

 

Leave a Comment

Start typing and press Enter to search